Abonnez-vous à la newsletter

   
   

TARMAC

La réduction des risques part du principe qu’un monde sans drogues est illusoire, elle ne cautionne ni ne condamne la consommation de substances psychoactives. Elle part de la réalité des personnes et de la reconnaissance de leurs propres compétences.

Historique : face à la pandémie engendrée par le virus du SIDA auprès des consommateurs de drogues par intraveineuse au cours des années 80, le gouvernement décide de remettre à la vente libre les seringues en officine en 1987, levant l’interdiction établi depuis 1972.

En 1992 se crée l’association ASUD (Auto support des usagers de drogues) qui revendique le droit pour les usagers de protéger leur santé en leur donnant accès à des seringues stériles et aux produits de substitution.

La RdR sera porté par le milieu associatif, des médecins et les usagers eux-mêmes avant d’obtenir un statut légal par son intégration à la loi du 9 août 2004.

En 2005, le référentiel national de réduction des risques donnera lieu au décret qui régira les CAARUD et intégrera la RDR dans la mission des CSAPA.